Accueil >  La voie d’eau > La biodiversité
Imprimer  Envoyer par courriel

La biodiversité

Sites remarquables


Le Domaine Public Fluvial en Lorraine abrite de nombreux sites présentant une biodiversité importante et particulièrement digne d’intérêt. Depuis 2002, le Conservatoire des Sites Lorrains et VNF ont uni leurs compétences par l’entremise d’une charte de coopération afin d’œuvrer pour une politique conjointe de protection et gestion des Espaces Naturels Remarquables en Lorraine situés sur les terrains gérés par la Direction Nord Est.


7 sites sont, à ce jour, concernés par ce partenariat CSL-VNF pour un total de 54,5 hectares ainsi protégés :

Les Animaux


  1. Éléments caractéristiques



Le castor est un rongeur dont la taille est d’environ 1,10 m (dont 30 cm de queue) et pesant environ 25 kg à l’âge adulte. Il est recouvert de poils assurant un rôle d’isolation thermique et pour faciliter sa nage. Il possède une queue plate recouverte d’écailles servant de réserve de graisse pendant l’hiver, de régulateur de température pendant l’été, de gouvernail et d’alarme (en frappant la surface de l’eau avec sa queue).


 


Il possède des dents très développées ainsi qu’une mâchoire très puissante. Ses pattes palmées lui permettent de se déplacer dans l’eau. En effet, il est capable de nager 5 min sous l’eau mais il est capable de prolonger sa plongée jusqu’à 15 min.


  1. Milieu de vie /Gîte- Habitat



Le castor fréquente les cours d’eau lui assurant gîte et nourriture. Il construit des huttes sur les rives des rivières. Son habitat est constitué par un nid ayant un accès qui est toujours sous le niveau de l’eau. Il recouvre les entrées par des branches pour en assurer la protection.


  1. Nourriture


Le castor se nourrit exclusivement de végétaux. Bien que vivant dans l’eau, il ne mange pas de poisson. Il coupe des branches ont il utilise l’écorce et les feuilles pour se nourrir. Au printemps et en été, le castor se nourrit de la verdure des berges(feuilles, plantes herbacés).



En Lorraine, 80 % de sa nourriture se compose de feuilles et d’écorces de saules. Le castor utilise habilement ses pattes antérieures pour tenir les branches qu’il effeuille et écorce soigneusement. 700 g de nourriture satisfont les besoin du castor pour une journée. En hiver, l’absence de feuilles l’amènent à utiliser l’écorce des arbres qu’il abat en utilisant ses dents comme de véritables couteaux. Il peut ainsi abattre des arbres de plusieurs dizaines de cm de diamètre, ce qui laisse les marques les plus impressionnantes de sa présence. Cependant, les arbres abattus rejettent le plus souvent et repoussent en taillis sur la souche.


  1. Reproduction vie sociale


Le castor vit en groupe familial (les parents sont unis jusqu’à la mort) avec les jeunes des deux dernières années. Il peut vivre jusqu’à une quinzaine d’années(7 à 8 en moyenne). L’accouplement a lieu en février, et les jeunes naissent en mai. On observe le plus souvent de 2 à 4 jeunes par portée.


  1. Historique / aire de répartition


Le castor très présent partout en France jusqu’au 19 e siècle avait pratiquement disparu suite à un piégeage intensif de la part de l’homme. Les derniers spécimens se trouvaient sur la basse vallée du Rhône.


Sur la Moselle, il a été réintroduit en 1983 lors d’une opération en 2 temps où 15 individus ont été relâchés dans le secteur de Tonnoy. Depuis, il s’est réimplanté sur la vallée de la Moselle(jusque Pont à Mousson) et ses affluents en amont. Des traces ont même été relevées sur la Meurthe. En 2003, on recensait entre 400 et 500 individus.


  1. Statut de protection / invasif


Actuellement, le castor bénéficie d’un régime de protection juridique stricte. Ainsi, il est classé en Annexe III de de la convention de Berne et en Annexe II et IV de la directive Habitat.

Plan du site   |   Info Editeur  |   Contact
©Voies navigables de France (VNF), Établissement Public Administratif - Direction territoriale Nord-Est